Archives

2021

Albert:

Responsable des cours de français pour femmes sachant lire et écrire, il s’occupe aussi de la gestion des appartements. Il a effectué des études supérieures en République démocratique du Congo (RDC). Père de famille, il manquait de moyens pour scolariser ses quatre enfants. Il a donc quitté son pays en 2001 pour trouver du travail ailleurs. D’abord il a passé 2 ans et demi au Nigéria où il a monté un commerce de marchandises entre le Nigéria et la RDC. A traversé le désert en passant par le Niger, par l’Algérie, puis par Oujda pour arriver Maroc en mars 2005.

Il a obtenu le statut de réfugié de la part du HCR. Il a contribué au développement du projet d’appartements refuge de l’ARCOM. Dès 2017, il est responsable des cours de français pour les femmes qui ont les bases de la lecture et de l’écriture. Il est très heureux d’effectuer son travail, car il aide l’humanité. Il remercie pour l’aide octroyée par les donateurs.
En juin 2021, Albert est revenu dans son pays d’origine, la
République Démocratique du Congo.

2020

Raoul:

Responsable local de l’ARCOM jusqu’à fin 2019, il gérait les aspects organisationnels et financiers, et accompagnait les femmes à l’accouchement, de jour ou de nuit. Il est réfugié politique provenant de la République démocratique du Congo (RDC). Il désirait arriver en Europe afin de poursuivre ses études, mais après avoir traversé le Nigéria, le Mali et l’Algérie il a fini au Maroc et se retrouvait sans argent et n’ayant pas où aller. La personne qui l’avait hébergée les premières nuits l’a mis dehors dès qu’il ne pouvait plus payer. Il a ensuite rencontré Emmanuel Mbolela avec qui il se cachait pour éviter d’être arrêté par la police. A l’époque les papiers de réfugiés délivrés par le HCR n’étaient pas reconnus par le Maroc.

Il a fondé avec Emmanuel Mbolela l’association ARCOM. Cette association a réussi à sensibiliser le public et les autorités. Depuis 2015, les papiers de réfugié délivrés par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) sont reconnus. Il a également monté le projet d’appartements offrant un refuge aux migrantes subsahariennes. En œuvrant pour les migrantes, il a contribué à sauver des vies.
En début d’année 2020, Raoul Mvita a rejoint sa famille en France.