Profils et biographies

Lors de notre visite à Rabat, 19 migrantes et 5 membres de l’équipe (anciennes migrantes) ont été interviewés. Elles provenaient des pays suivants: Côte d’Ivoire (8), Guinée Conakry (8), Cameroun (4), Congo (3), Libéria (1).
Les raisons pour lesquelles ces migrantes et anciennes migrantes ont quitté leurs pays et sont arrivées au Maroc sont les suivantes: mariage forcé (7), problème économique (6), enfant hors mariage (3), guerre civile (3), opposant politique (1), malédiction (1), abandonnée et maltraitée (1), conflit avec mari et village (1), persécutée comme lesbienne (1).

 

Parmi les migrantes interviewées, 6 femmes sont seules, 3 femmes sont enceintes, 8 femmes ont un bébé entre 2 semaines et 1 an, et 3 migrantes ont des enfants entre 2 ans et 4 ans. Au total, 13 bébés et enfants en bas âge étaient hébergés. Parmi les 10 migrantes dont nous connaissons l’âge, 8 migrantes ont entre 18 et 24 ans, et 3 migrantes ont respectivement 28, 38 et 42 ans.

Au niveau des qualifications professionnelles, la plupart des migrantes interviewées n’en ont pas car elles ont dû arrêter leur scolarité à un âge précoce. Parmi les 19 migrantes actuellement hébergées et interviewées, une femme a effectué des études d’infirmière, une femme a été formée comme couturière, une femme travaillait comme coiffeuse et une femme avait une formation commerciale.

Brève biographie de responsables de l’ARCOM

Emmanuel Mbolela:

Source : RTS

Réfugié politique provenant de la République démocratique du Congo (RDC) et écrivain. A écrit le livre « Réfugié » paru aux éditions Libertalia en 2017. Dans son livre, il décrit son propre parcours au cours duquel il a vécu les mêmes difficultés que des milliers d’autres migrants et migrantes: racket des douaniers, business des passeurs, embuscades dans le désert du Sahara, travail au noir à Tamanrasset en Algérie, et enfin le Maroc où il reste bloqué pendant 4 ans.

Source: RTS

Dans son récit il explique comment les femmes subissent encore plus de violence et d’exploitation tout au long de leur parcours. Plus tard Emmanuel Mbolela obtient l’asile aux Pays-Bas. Il effectue des tournées de présentation de son livre et oeuvre pour récolter les moyens financiers afin de financer le projet d’appartements refuge à Rabat.

Raoul Mvita:                                     

Responsable local de l’ARCOM jusqu’à fin 2019, il gérait les aspects organisationnels et financiers, et accompagnait les femmes à l’accouchement, de jour ou de nuit. Il est réfugié politique provenant de la République démocratique du Congo (RDC). Il désirait arriver en Europe afin de poursuivre ses études, mais après avoir traversé le Nigéria, le Mali et l’Algérie il a fini au Maroc et se retrouvait sans argent et n’ayant pas où aller. La personne qui l’avait hébergée les premières nuits l’a mis dehors dès qu’il ne pouvait plus payer. Il a ensuite rencontré Emmanuel Mbolela avec qui il se cachait pour éviter d’être arrêté par la police. A l’époque les papiers de réfugiés délivrés par le HCR n’étaient pas reconnus par le Maroc.

Il a fondé avec Emmanuel Mbolela l’association ARCOM. Cette association a réussi à sensibiliser le public et les autorités. Depuis 2015, les papiers de réfugié délivrés par le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) sont reconnus. Il a également monté le projet d’appartements offrant un refuge aux migrantes subsahariennes. En œuvrant pour les migrantes, il a contribué à sauver des vies.

Albert :                        


Responsable des cours de français pour femmes sachant lire et écrire, il s’occupe aussi de la gestion des appartements. Il a effectué des études supérieures en République démocratique du Congo (RDC). Père de famille, il manquait de moyens pour scolariser ses quatre enfants. Il a donc quitté son pays en 2001 pour trouver du travail ailleurs. D’abord il a passé 2 ans et demi au Nigéria où il a monté un commerce de marchandises entre le Nigéria et la RDC. A traversé le désert en passant par le Niger, par l’Algérie, puis par Oujda pour arriver Maroc en mars 2005.

Il a obtenu le statut de réfugié de la part du HCR. Il a contribué au développement du projet d’appartements refuge de l’ARCOM. Dès 2017, il est responsable des cours de français pour les femmes qui ont les bases de la lecture et de l’écriture. Il est très heureux d’effectuer son travail, car il aide l’humanité. Il remercie pour l’aide octroyée par les donateurs.

Christie :                    


Responsable pour l’accueil et le suivi des femmes et bébés dans les appartements. Originaire de la Côte d’Ivoire. Elle a quitté son pays à cause de la situation économique. Réside au Maroc depuis 2011 où elle a travaillé comme femme de ménage et comme vendeuse. Elle rêvait d’arriver en Europe, mais depuis qu’elle travaille à l’ARCOM, elle a décidé de rester au Maroc. Pour elle, « ce travail au service des autres, c’est important, c’est une grâce ».

Rosine :                               


Responsable des cours et professeur de français pour adolescents. Originaire de la Côte d’Ivoire, elle a quitté son pays en 2011 lorsque Laurent Gbagbo a été arrêté et que les frontières se sont ouvertes. Avec sa fille elle a traversé le désert pour arriver au Maroc où son mari résidait déjà. Mais il n’y avait pas de travail. L’église catholique l’a prise en charge avec sa fille. Ensuite, c’est le HCR qui l’a prise en charge pendant un certain temps. Elle s’est séparée de son mari. Mais le HCR a subitement arrêté son soutien. Rosine a pu loger à l’ARCOM pendant quelques mois. Elle a proposé aux responsables de se joindre à l’équipe afin d’aider les autres migrantes.

Depuis 2017, elle travaille auprès des enfants et leur enseigne à lire, à parler et à raconter des histoires. C’est ainsi qu’une petite école a été créée. Toute la semaine, du lundi au samedi, l’école est pleine. Certains élèves viennent le matin, d’autres l’après-midi. Il y a toujours du monde. Grâce à l’ARCOM, Rosine a une situation stable.

Autres photos de responsables:

Odette :

Responsable pour l’accueil et le suivi des femmes migrantes, avec Daniela (en visite) et Christie (voir biographie ci-dessus)

Odette, Daniela et Christie

Jonas :


Responsable des cours et gestionnaire, avec Daniela (en visite)

Jonas et Daniela